Le marché immobilier repart à la hausse

Lorsque je parle des mes activités d’investissement locatif à des personnes que je rencontre pour la première fois, je me rends bien compte qu’elles sont vite captivées et ont souvent envie de me poser de nombreuses questions.

Je le comprends, qui ne souhaiterais pas gagner sa vie de cette façon ?

Toutefois, j’en croise également beaucoup à qui cela fait peur et qui se retranchent vite derrière des arguments tels que « mais les prix de l’immobilier sont si élevés, ce n’est pas comme en 1997 où l’on pouvait acheter sa maison pour 3 fois rien ». Et j’en entends rajouter « j’ai un copain qui a acheté son appart à cette période. Il l’a revendu 3 fois plus cher il y a 3 ans ».

Bon écoutez, je suis contente pour votre copain, mais ce n’est pas comme ça que j’envisage mes investissements. L’idée n’est pas nécessairement de faire une culbute de folie à la revente. Bien sûr que j’en rêve moi aussi, mais je ne compte pas nécessairement dessus car personne n’a de boule de cristal. Alors, à ceux qui disent que c’est trop tard pour faire de bonnes affaires dans l’immobilier, je rétorque que c’est toujours le bon moment d’investir. Ce qui compte, c’est de trouver la bonne opportunité, et lorsque vous avez des appartements qui vous rapportent 6 à 10% de rentabilité, croyez-moi, c’est une très bonne affaire.

En 2016, le marché immobilier repart

Je le lisais dans une édition spécial immobilier de Challenges récemment, « après une année 2014, les acteurs du marché immobilier reprennent confiance : les promoteurs récoltent les fruits du dispositif Pinel, plébiscité par les investisseurs, et les agences voient leur activité dynamisée par des ménages très motivés par les prix et les crédits bas. ».

Plus loin dans l’article, la présidente de la Frédération des promoteurs immobiliers ajoute : «  La reprise a même commencé en novembre 2014, pour s’accélérer ensuite : depuis janvier 2015, la hausse des ventes dépasse 29% par rapport à la même période de l’an dernier. Les acquéreurs les plus présents sont ceux qui achètent pour louer. Ces investisseurs ont massivement choisi le dispositif Pinel, qui offre une réduction d’impôts, mais surtout – et cela a été un facteur déclencheur important – la possibilité de loger ses parents et ses enfants . »

La loi Pinel

Pour en savoir plus sur ce dispositif qui a tant séduit les investisseurs (moi y compris) voici une vidéo bien faite sur le sujet.

Investir dans des maisons de vacances

Enfin, le magazine consacre une page au « réveil des résidences secondaires » :

« C’était un marché en grande souffrance depuis la crise de 2008, que la réforme des taxes sur la plus-value de février 2012 avait aggravée. Les résidences secondaires étaient passées de mode, trop chères, trop lourdes à entretenir. (…) Mais le marché a repris. Raison essentielle de ce regain d’activité ? La baisse des prix, de 20 à 40% par rapport à  2008.(…) Mais tout n’est pas rose pour autant. Les acheteurs d’aujourd’hui réfléchissent aux impôts locaux – taxes à payer en plus de celle de leur résidence principale et travaux-, alors que leurs revenus baisseront au moment de la retraite. Quant aux vendeurs, ils mettent souvent leur bien en vente trop cher. A leur décharge : ceux qui ont acheté au plus haut en 2007 et fait des travaux sont loin de pouvoir récupérer leur mise ».

Plus loin, l’article fait un tour des régions touristiques et dit de la Côte d’Azur que « le marché est plus équilibré depuis le retrait des Russes ». « L’activité sur le littoral a surtout repris à Cannes, avec des ventes de 200 000 à 14 millions, mais l’arrière-pays souffre encore ».

Ces analyses me semblent juste et corroborent mes choix d’investissement. J’ai notamment choisi d’investir dans un appartement à Port Grimaud. La suite dans un prochain article 🙂